Kafka sur le rivage – Kafka on the shore

Sous la plume du célèbre romancier japonais Haruki Murakami, le roman Kafka sur le rivage est une réécriture du mythe oedipien, mais sans culpabilité finale, remplacée ici par une rédemption des deux protagonistes, la mère et son enfant, Kafka Tamura et Mademoiselle Saeki, la bibliothécaire. Kafka pardonne sa mère de l’avoir abandonné.kafkaCe n’est pas en aveugle qu’il rejoint le monde des vivants, mais en fils réveillé, régénéré par sa brève et intense rencontre avec sa génitrice. Comme dans la tragédie grecque le destin, omniprésent provoque des rencontres inattendues, téléguidées, entre Kafka, sa mère et sa soeur ainée… La bibliothèque Komura, sponsorisée par la famille éponyme est le lieu étrange où se déroulent ces rencontres. A quelques heures de voiture de là, une forêt profonde accueille les mourants au pays des limbes ; telle la cité du prisonnier dans la série TV, un village étrange regroupe ces fantômes. Il y a là aussi une bibliothèque où les trépassés déposent leur mémoire, et leurs lectures. Est-ce-pour avoir failli mourir foudroyé à l’âge de dix ans que le vieux Tanaka ne sait plus lire ? Sa bibliothèque personnelle a-t-elle été vidée parce  qu’il a séjourné trop longtemps dans cet étrange village avant de réintégrer le monde des vivants. Une des idées fortes de ce roman de Murakami est que La responsabilité commence dans les rêves… Kafka a-t-il réellement assassiné son père ? Mademoiselle Saeki est-elle sa mère ? C’est en somnambule qu’elle le rejoint pour la première fois dans son lit, dans la chambre qu’il occupe dans la bibliothèque. Echanges d’identité, échange des époques. Si Oedipe bouleverse l’ordre du temps, inversant la génération naturelle en engrossant sa mère et méritant ainsi le courroux des dieux, le jeune garçon nommé corbeau (Kafka en tchèque) se prend parfois pour l’amant de Mademoiselle Saeki, décédé tragiquement avant sa propre naissance…Mais nous n’avons parcouru là qu’un des aspects de ce roman fascinant. La verve de l’auteur, son humour, son imagination, donnent lieu à des situations extraordinaires et créent des personnages étonnants, comme  Oshima, femme dans son corps, jeune playboy dans son esprit, »Oshima-san », l’adjoint de Mademoiselle Saeki à la bibliothèque Komura, ou encore les chats qui peuplent ce livre… Parler de la musique aussi, avec l’évocation de la chanson éponyme qui n’est pas sans rappeler la sonate de Vinteuil célébrée par Marcel Proust, et bien sûr de la peinture, avec ce tableau que le héros emporte avec lui à la fin du livre et qui  sera pour le héros un sésame et une force régénératrice. Kafka sur le rivage, un tableau, une chanson, un livre, une histoire d’amour qui se développe  sur les rivages du temps et sous des identités multiples…Résultat de recherche d'images pour "umibe no kafuka"

Publicités